J’ai découvert sur cette page

Plus d’infos à propos de sur cette page

Les beaux jours vont s’installer un peu partout sur le territoire et pour ceux qui ont la chance d’avoir un jardin, il est temps ou jamais d’enfiler ses bottes, son chapeau de paille et ses gants et de se renouveler une santé en jardinant. On jardine pour entretenir ses plantations ou pour prendre l’air, mais sait-on que le jardinage est aussi excellent pour la forme ? Cette activité, somme toute banale, permet en effet de se détendre et de prendre soin de son corps. Nous avons listé pour vous 5 bénéfices du jardinage pour la forme. On n’y pense pas assez, mais le jardinage c’est un sport. Il demande des efforts et peut donc vous permettre de dépenser des calories. Certaines analyse ont même montré que 3 heures et demie de jardin nous permettaient de dépenser 1 000 Kcal, soit l’équivalent de ce que l’on perd en courant 2 heures. C’est plutôt motivant. Bêcher et extraire les mauvaises herbes peut s’avérer en effet très fatiguant. Attention cependant à ne pas jardiner dans de mauvaises positions, vous pourriez vous faire mal à l’arrière. Pensez, dans la mesure du possible, à garder le dos bien droit. Il vaut mieux extraire les adventices à quatre pattes qu’en se cassant le dos en deux. Comme toutes les activités, le jardinage demande de prendre certaines dispositions.

Le terreau, la terre et le substrat ont pour rôle de remplacer le sol originel de culture du végétal que vous désirez maintenir dans votre espace de vie, au jardin, au balcon ou à la terrasse. Dans les besoins vitaux de la plante, le sol permet d’ancrer son système racinaire, ce qui va tout simplement lui permettre d’aller chercher l’eau et les nutriments nécessaires à son développement, à sa survie. Si les trois termes déterminent une base sur laquelle les crudités peuvent se accroitre, leur matière est bien différente. Le substrat est plutôt constitué de sédiments, de vase, de roches et de granulés de sable. Pour les besoins de certaines cultures, il peut être utilisé seul mais peut aussi servir de base ou de complément à une autre couche. La terre est en fait de la terre végétale, exclusivement constituée d’éléments d’origine naturelle. Le terreau, lui, est constitué de terre végétale naturelle enrichie de végétaux d’origine naturelle en décomposition. Vous désirez installer ou rempoter votre végétal préféré…. Mais faut-il un terreau ‘plantation’ ou ‘rempotage’ ? La question se met en place, évidemment… Mais rappelez-vous que certaines plantations ont des besoins particuliers. Alors s’il existe des terreaux spécifiquement travaillés pour une diversité de plante, préférez leurs utilisations en priorité. Le substrat est complétement adapté à la plante et celle ci sera dans de bonnes conditions pour se accroitre de façon saine.

L’horticulture est bénéfique pour la forme. Le constat est intuitif et la preuve scientifique est faite. Nous en avons tous fait l’expérience, que ce soit plus ou moins consciemment. L’effet bénéfique le plus évident est l’impact concret sur notre physique. Le jardinage est une activité d’intensité faible à moyenne qui nous garde actifs, sans toutefois nous essouffler. Sa nature d’intensité faible nous permet de la pratiquer pendant de nombreuses heures. Passer 2 heures à jardiner se rapporte à soumettre notre corps à une panoplie de déplacements et contorsions, et ce, en continu. C’en est presque une session de yoga ! Un autre effet discerné est le sentiment d’apaisement pendant et après la participation horticole. Pour qui livrent une bataille quotidienne au stress, il a été démontré que le jardinage contribue à réduire les hormones liées au stress et à entretenir le sentiment de bonne humeur plus avec vélocité et plus longtemps que la lecture de activité. La planification du jardin fait appel à plusieurs processus cognitifs en plus de dynamiser notre créativité. La recherche de la bonne plante pour notre cadre ( sol, eau, ensoleillement, compagnonnage ) s’étale sur notre esprit, tout comme ces mille et une petites attentions que nous avons quand nous entretenons nos plantes. D’associer autant de stimulations psychologiques à des mouvements physiques doux devient très soulageant pour les esprits surchargés. Si vous rêvez d’un jardin unique et original et que votre créativité apparait en hibernation, une petite expédition à la pépinière ou dans nos serres suffira pour vous inspirer.

si vous êtes adepte du jardinage, vous l’aurez sans doute remarqué, dans un jardin, on se sent vite bien, apaisé. Et avec une bêche à la main, on oublie les soucis du quotidien pour se focaliser sur son métier. Une étude britanique réalisée auprès d’une population en bonne santé, jardinant dans les espaces vert partagés pour le bonheur a d’ailleurs montré qu’une simple session de jardin permet d’augmenter la confiance en soi, l’humeur, le stress et l’anxiété. Il conclut même que les organismes de santé publique devraient stimuler les britanniques à jardiner. Il suggère de fournir à chaque occupant une zone sur laquelle il pourrait avoir une technique constante de jardinage en prévention de maladie. quand on jardine dans un jardin partagé, on appartient à un groupe. On discute avec ses co-jardiniers ou avec les gens qui passent dans la rue et posent des questions. On s’entraide, on échange des conseils. « Rendre son environnement plus beau apporte le sentiment de avoir une utilité sociale. On s’engage dans un projet qui rend son quartier plus agréable à vivre, plus désirable, qui apporte à tout le monde. Psychologiquement, cela redonne de la confiance en soi«, montre Isabelle Boucq présidente de la Fédération française jardins nature et santé et auteure d’un blog le coup de coeur est dans le jardin.

Si tout cela vous semble un peu trop long ou difficile à créer, il est envisageable de réaliser un potager surélevé ( en carré ou sur buttes ). En apportant alors un mélange de terre adaptée, vous vous affranchissez des contraintes de la nature de votre sol. Pour les régions ventées, un mur de la maison ou une haie sont parfaits pour protéger vos légumes ; à défaut, prévoyez d’installer en bordure du potager des groseilliers, des framboisiers, ou bien encore du romarin ou autre laurier-sauce qui feront un rempart gourmand fort agréable. Il est toutefois bonne de ne pas oublier que, peu importe les infos que l’on met en place pour remédier aux « imperfections » de la nature, il est encore un plus d’essayer de s’adapter à son centre ; un sol argileux ira parfaitement plutôt aux betteraves, aux épinards, aux fèves ou aux poirées tandis qu’une terre à tendance sablonneuse verra s’épanouir asperges, pastèques, pommes de terre et autres scorsonères. Et si le persil n’aime pas les sols trop acides, l’oseille peut se detourner de ceux qui sont trop calcaires. enfin, si le soleil n’illumine qu’avec parcimonie votre potager, choisissez les laitues, les épinards, les cèleris, ou tout autre légume se plaisant à l’ombre ou à la mi-ombre. Faire son potager c’est accepter d’y consacrer un peu ( voire plus ! ) de son temps. Pour ne pas le perdre et se retrouver submergé par une affaire qui vous dépasse, il est nécéssaire de bien dimensionner son projet avant de le débuter.

Avant toute chose, il est important de savoir quand débuter votre potager. Été ? Hiver ? Quel est le bon moment ? Selon moi, la meilleure période pour revêtir sa tenue de jardinier est… ( roulement de tambours ) l’automne ! L’automne est l’une de mes périodes préférées. Les températures se radoucissent, les arbres changent de couleur, le temps s’avère se freiner. Les feuilles sont. Les raclettes se préparent. Et la terre de votre potager n’attend plus que vous pour une nouvelle aventure ! Vous ne le saviez peut-être pas, mais c’est pendant la période automnale qu’il faut préparer le sol. Lorsque j’écris « préparer », je veux dire : amender, , mettre en place. Certaines personnes vous conseillent de démarrer votre potager au printemps. À première vue, rien de plus logique : c’est à cette période que l’on plante et sème ses premiers légumes. Mais comme un gâteau ne peut se cuisiner sans éléments, des légumes ne peuvent pousser sans une parfaite terre. Et la le modèle magique d’une « bonne terre » n’a rien de complexe. Amendement, fertilisation, délimitation, organisation… À démarrer dès les mois d’octobre/novembre ! Nous voici à présent arrivés à la seconde étape de la réalisation de votre potager : le lieu. C’est au cœur de chez vous que se cache l’endroit idéal. Un coin tranquille où installer votre petit cocon extérieur. Tranquille ? Oui… mais pas que ! Pour voir grandir vos légumes à vue d’œil, vous aurez besoin d’une bonne exposition. Chaleur et lumière sont les meilleurs compagnons de vos plantations chéries. Ainsi, le lieu de votre futur potager doit être le plus ensoleillé possible. la meilleure solution ? Plein Sud !

Tout savoir à propos de sur cette page

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *